Niort. La campagne présidentielle les afflige

...

Dans ce cabinet médical niortais, les patients croient assez peu aux remèdes des candidats à la présidentielle. Mais voteront.

« Je suis désabusé », ne cache pas Patrick, 67 ans. « On va se prononcer contre quelqu'un plus que pour quelqu'un. Je vais voter parce qu'il le faut mais je suis à deux doigts de ne pas le faire », poursuit ce Deux-Sévrien à la retraite.

Ben, 28 ans, s'intéresse à la politique : « Je voudrais qu'on parle de l'emploi. De la santé aussi. C'est un sujet très important. Nous bénéficions encore d'une excellente prise en charge médicale. Surtout au regard de ce qui se passe ailleurs ».

Karine, 45 ans, estime elle aussi que cette campagne est décidément très particulière. « On sent bien que tout ce qui se passe sème le doute. Aujourd'hui, j'ai un regard beaucoup plus négatif sur l'ensemble des candidats », confie cette cadre travaillant pour un organisme de protection sociale, la MSA.

Lundi dans Le Courrier de l'Ouest à télécharger ici